Edmund Meiser

Entretien avec M. Edmund Meiser

SERVIR D‘EXEMPLE. C’EST L‘ESSENTIEL.

Monsieur Meiser, vous pouvez revenir sur plus de 60 ans d'histoire de l'entreprise. Quel a été l’élément déclencheur de la création d’une entreprise à l’époque ?

Edmund Meiser: J'ai obtenu mon diplôme en commerce à l'âge de 18 ans. À cette époque, j'avais déjà prévu d'être un jour travailleur autonome, libre et indépendant. Grâce à mon travail dans la sablière, j'ai pu entrer en contact avec l’aciérie. L’aciérie a fourni des tiges hexagonales pour la carrière, car nous n'avions pas de perceuse pour faire des trous pour les charges explosives.

La demande de matériaux de construction était très élevée dans les années 1950 et augmentait sans cesse. J'ai obtenu une permission spéciale pour devenir maître d’artificier avant l'âge de la majorité de 21 ans. J'ai alors gagné beaucoup d'argent avec le dynamitage, un million de francs français rien qu’en démolissant une église en seulement deux semaines. Avec cet argent, j'ai acheté ma première machine pour le traitement de l'acier à béton. A cette époque, l'acier était très demandé, en particulier l'acier à béton. La plupart de nos produits ont été livrés en République fédérale d'Allemagne. Ensuite, l'aciérie m'a approché parce qu'une grande quantité de feuillards résultait de la production de l'acier comme sous-produit, pour ainsi dire, et que les clients étaient recherchés pour cela. Alors j’ai acheté une machine de la société Georg pour 30.000 marks pour redresser ce fer feuillard et le vendre aux serruriers comme matériau en barre.

Lorsque la machine a été livrée au bout d'un an, il n'y avait plus de feuillard dans l’aciérie. J'ai fait de nécessité vertu et j'ai découvert que le feuillard d'acier est utilisé dans la production de caillebotis. Après une visite chez la société STEB à Stuttgart, qui jouissait à l'époque d'une bonne réputation dans le secteur des caillebotis, j'ai décidé d'aborder le sujet du caillebotis de manière plus intensive.

Quelques années plus tard, nous avons démarré notre propre atelier de galvanisation. Cela était nécessaire parce qu'il n'y avait qu'un seul atelier de galvanisation dans la région à Saarlouis, mais avec des temps d'attente très longs.

À quoi attribuez-vous la croissance continue et rapide de MEISER ?

Edmund Meiser: Il faut avoir un but, être travailleur et économe. Il faut regarder autour de soi, avoir une vision, voir où est le besoin.

« Tous les dix ans, il y avait un changement fondamental. Il faut alors voir les signes des temps. »

Comment voyez-vous la croissance continue des dernières décennies, qu'est-ce qui a changé en conséquence ?

Edmund Meiser: Tous les dix ans, il y avait un changement fondamental. Il faut alors voir les signes des temps. Nous avons souvent investi pendant une récession parce que c'est généralement moins cher. Et quand les choses se sont améliorées, nous étions là. 

Vous avez créé et communiqué une culture d'entreprise chez MEISER. Comment cela a-t-il fonctionné et qu'est-ce qui distingue l'esprit d'entreprise pour vous aujourd'hui ?

Edmund Meiser: Servir d’exemple. C’est l’essentiel. Au début, j'ai travaillé de six heures du matin à sept heures du soir. Encore jeune homme, j'étais déjà concentré sur mes objectifs. 

Question à Mme Meiser : Vous deviez partager votre mari et ensuite vos fils avec une entreprise. Comment était-ce pour vous, comment avez-vous réussi à diriger une famille ?

J'ai tout de suite remarqué que mon mari voulait créer quelque chose. Puis j'ai pensé à la façon dont je pourrais aider. J'ai donc pris soin des enfants, organisé la famille et soutenu mon mari. Ce n'était pas difficile pour moi, je m'y étais préparé dès le début. Et du samedi midi au dimanche soir, il était toujours là pour la famille. Il aimait aussi me parler de ce qu'il faisait dans l'entreprise. J'ai toujours su ce qui se passait dans l'entreprise. Pour nous, c'était très bien que Wolfgang et Ulrich aient manifesté un tel intérêt pour l'entreprise dès le début. La façon dont les trois sont en train de façonner la transition est exemplaire. Mon mari donne carte blanche à nos fils. Et comme il travaille encore, j'ai assez de temps et d'espace pour moi, ce que quelques amies m’envient.

MEISER subit actuellement un changement de génération. Quels sont les conseils que vous donnez à la prochaine génération ?

Edmund Meiser:  Il n'y a pas de problèmes lors de la transition, cela se fait en douceur. Les conseils que je leur donne ? Servir d’exemple. En outre, nous sommes des catholiques pratiquants, c'est le cadre de nos valeurs, la base de nos actions et de notre engagement social. Nous n'en faisons aucune publicité, les gros titres ou une couverture médiatique excessive ne sont pas importants pour nous.

Que souhaitez-vous pour l'avenir ? Quels autres plans avez-vous ?

Edmund Meiser: Cela peut continuer comme ça encore quelques années. Le plus important, c'est que nous restions tous les deux en bonne santé. La succession est réglée, la base financière est solide - nous avons toujours investi dans l’entreprise l'argent que nous y avons gagné. Nous avons une grande responsabilité pour tous ceux qui travaillent ici. Nos employés doivent toujours savoir qu'ils ont un avenir sûr chez MEISER. J'ai encore quelques projets en tête. Il y a un investissement important en suspens à Oelsnitz. Mais pour pouvoir réaliser tout cela, nous devons recruter désormais beaucoup plus d'employés en dehors de nos frontières.

Ursula Meiser: Je souhaite pouvoir passer encore beaucoup d’années harmonieuses avec mon mari et ma famille. J'aimerais continuer à soutenir mon mari et à m'occuper des 15 petits-enfants. En plus, notre Statio Dominus, qui combine la foi et l'art d'une manière merveilleuse, me tient à cœur.